FESTIMA DEDOUGOU mars 2012

Publié le 20 Mars 2012

Au burkina faso, le masque n’est pas un objet de parade ou de divertissement comme chez nous.
 P1040285.JPG
Il est le support d’un esprit, d’un ancêtre, d’une force divine.
Un artisan est sollicité pour sa fabrication. Le masque est sacralisé lors d’une cérémonie, il devient alors chargé d’une valeur spirituelle.
L’homme qui le porte ( un initié) cède son identité au masque et peut entrer en communication avec les esprits. Le masque joue un rôle essentiel dans la société traditionnelle burkinabé.
Les représentations différent selon les ethnies et la fonction du masque. Il incarne l’esprit de la figure (humaine ou animale) mais ne luis ressemble pas physiquement.
 Les masques à figure animale font appel aux forces de la nature et sortent en principe lors de rituels demandant, par exemple des pluies abondantes, et de bonnes récoltes. Ils sont aussi utilisés pour les fêtes des chasseurs.
 Les masques aux figures humaines renvoient à l’image d’un ancêtre. Certains sont réservés pour des cérémonies initiatiques, aux funérailles…
 En tant qu’objets de culte, ils sont conservés dans une case spéciale ou un lieu secret.
Il existe des masques qui ne sortent que pour des occasions très particulières ; ils peuvent rester plusieurs années sans apparaître.
 D’autres masques ont un caractère festif et sont présentés lors des réjouissances.

Rédigé par Rivages Giou jt

Publié dans #cultures traditions Burkina Faso

Repost 0
Commenter cet article