Semaine du développement durable - 2 avril 2011 à Giou de Mamou

Publié le 25 Mars 2011

affiche-giou-02-04.pngProjection salle du CREA à Giou de mamou  à 20h30

Collaboration Peuple et culture et RIVAGES

les deux films présentés :

UNE PECHE D'ENFER Film documentaire de Vincent Bruno 13 mn. CNCD et DALP

Pêche et souveraineté alimentaire Le film de Vincent Bruno « Une Pêche d’enfer » réalisé avec le CNCD-11.11.11 a maintenant deux ans d’existence. Il a été primé dans de nombreux festivals : Palm Spring International Festival of short films, Festival du court-métrage de Limoges, Aotearoa Environmental Film Festival et plus près de chez nous il était au Festival International eau et cinéma de Verviers. Mais qu’en est-il de la situation de la pêche en 2008 ?

La surpêche a-t-elle été enraillée ? L’union européenne a-t-elle cessé ses pressions pour accéder aux ressources des pays ACP ? Les pays du Sud sont-ils arrivés à défendre leurs mers face aux ambitions européennes et chinoises ? Où en sont les résistances citoyennes des collectifs et associations de pêcheurs ?

LUCHA LIBRE documentaire de Raphaele Goulet / 46 mn

Enquête de solutions alternatives pour un habitat à faible budget au Mexique Aujourd’hui, deux modèles d’urbanisation dominent le monde: d’un côté, des zones de dizaines de milliers de logements en série construites par de puissantes corporations immobilières, de l’autre, les quartiers autoconstruits par les habitants. Ces modèles semblent les seuls au monde capable d’absorber la demande en logement à venir. En Europe, nous ne faisons encore qu’entrevoir le visage et les caractères de ce développement massif et ce qu’il impliquera sur l’évolution future de nos sociétés, de nos modes de vies, de nos paysages, de notre milieu naturel et de notre avenir. Au Mexique, ces modes d’urbanisations ont connu une expansion spectaculaire dans les années 80 puis depuis les années 2000. D’un côté, des urbanisations massives pour pauvres sous forme d’hybrides de cités dortoirs et de gated communities. De l’autre, d’immenses quartiers de logements autocontruit fonctionnant de manière informelle. Quel portrait les mexicains dressent-ils de ces nouvelles périphéries? Quelles transformations des modes de vie ont elles impliquées? Quels avantages tirent-ils de ces modèles? Quelles en sont leur limites? A travers les récits des habitants et les observations des sociologues, derrière les expériences des dirigeants de quartiers informels et l’expression de la logique des grands promoteurs immobiliers se dresse un portrait précis de deux univers fascinants et extrêmement problématiques, une nouvelle structuration de l’espace et de l’économie, des échanges sociaux et culturels, et des rêves et imaginaires qu’ils sous-tendent Prix Osiris Aides et Encouragements / Bourse de recherche Jeunes Architectes eDF et DiversiTerre

Rédigé par Rivages Giou - JT

Publié dans #animations

Repost 0
Commenter cet article